Comment réduire les risques de crise d’asthme à la maison ?

Certains facteurs irritants et allergènes évoluant à l'intérieur de la maison peuvent provoquer des infections respiratoires. Ils favorisent aussi l’apparition de crises auprès des enfants et des adultes asthmatiques. Mais où se trouvent donc ces polluants domestiques et comment les réduire ou les faire disparaître ? C’est ce que nous allons tenter de vous expliquer dans cet article.

Quels sont les facteurs allergènes et irritants à la maison ?

Parmi les origines responsables des infections respiratoires ou qui pourraient déclencher une crise d’asthme, on distingue les facteurs irritants des allergènes.

Dans nos intérieurs, on peut facilement trouver les facteurs allergènes suivants :

- Les acariens ;
- Les poils d’animaux domestiques (chats, chiens, rongeurs) ;
- Les poils d’animaux domestiques (chats, chiens, rongeurs) ;
- Les moisissures ;
- Les cafards et les blattes.

 

 

 

Quant aux facteurs irritants, on liste principalement des éléments volatils provenant de substances artificielles, tels que :

- Le tabac ;
- La fumée (feu de cheminée à foyer ouvert, cuisinière à gaz, bougies, encens) ;
- Les produits chimiques (produits d'entretien, parfum d'intérieur...).

Asthme: mieux vaut prévenir que guérir

La prévention reste une priorité en matière d’asthme. Bien que la médecine évolue aussi dans ce domaine et que des traitements existent, l’adage “mieux vaut prévenir que guérir” s’applique plus que jamais alors que nos habitations sont toujours plus asphyxiées, étouffées sous un monticule de produits de consommation à la mode mais parfois toxiques. Par ailleurs, les animaux de compagnie, ont tendance à imiter leurs maîtres en préférant de plus en plus vivre à l’intérieur, eux aussi.

Trucs et astuces pour combattre les allergènes efficacement

Il faut savoir que les acariens se nichent notamment là où ils ont chaud et où ils trouvent de quoi se nourrir.  Le linge de lit, les matelas, les coussins, les couettes, …, représentent le paradis de ces petites bêtes.

Pour limiter leur prolifération, il est donc conseillé de nettoyer normalement mais régulièrement les textiles où ils se logent. Des housses spécifiques anti-acariennes existent par ailleurs, de même que des produits de lavage acaricides.

Pensez également à limiter la température ambiante en-dessous de 20°C dans les chambres à coucher. La fraîcheur et la qualité de l’air favorisent également un sommeil réparateur.

Pour se débarrasser des poils d’animaux, on essayera d’aérer plusieurs fois par jour en ouvrant les fenêtres et de passer l’aspirateur. Il est également conseillé de brosser et de laver régulièrement l’animal domestique.

Aussi, rappelez-vous que la place d’un chien, d’un chat ou d’un rongeur n’est pas dans le lit d’un enfant, ni d’un adulte. À chacun sa niche !

Enfin, on peut réduire les moisissures en détectant en priorité la cause de l’humidité (fuite, infiltration). Laisser entrer les rayons du soleil et aérer régulièrement permet en outre d’assécher l’intérieur et de diminuer l’impact de ces facteurs allergènes sur les occupants de la maison.

Dites oust aux polluants domestiques irritants

Vous aimez les bougies parfumées et appréciez le feu de cheminée qui réchauffe votre foyer ? Pensez alors à bien aérer et à garantir une ventilation efficace de votre intérieur pour vous débarrasser autant que possible de ces substances suspendues dans l’air dont l’accumulation peut s’avérer nocive.

Optez aussi pour des matériaux moins offensifs, comme des peintures à faible teneur en COV (composé organique volatil).

Pour éviter les crises d’asthme et les infections respiratoires, on recommande un air intérieur de bonne qualité. Une fois les facteurs et les allergènes détectés dans votre habitation, ce sera pour vous un jeu d’enfant de les faire débarrasser le plancher.